Ciné

Published on juillet 8th, 2021 | by Faël Isthar

0

Black Widow : Le Jour Où Je Mourrai

« Ces trois années furent les plus belles de ma vie » se rappelle Natasha Romanoff alors qu’elle se prépare à fuir les US après avoir été déclarée comme fugitive. Des années drapées de mensonge qui, à ses yeux, furent pourtant ce qui se rapprocha le plus d’une vie normale. « Nous étions une famille avant que la Maison Rouge ne nous brise ». Mais tout cela appartient au passé. « Je me suis trouvé une nouvelle famille et même si les choses sont compliquées en ce moment, tout le monde finira par se rabibocher ». […] « Qu’est-ce que tu fais là ? » se demande Natasha alors que sa soeur vient de l’attaquer. « J’ai besoin de l’aide de ta nouvelle famille, les Avengers » ironise Yelena Belova. « Ça risque d’être compliqué en ce moment ». « Génial ». À ce moment-là, celle que l’on surnommait Black Widow ne se doutait pas qu’il s’agirait de sa dernière odyssée personnel. « La Maison Rouge est toujours en place ».

Il aura fallu patienter plus d’un an (merci la pandémie) pour voir le deuxième film de la Phase 4 du MCU (Marvel Cinematic Universe) ! Le premier étant Far From Home. Ceci-dit, c’est bel et bien avec Black Widow que Marvel se prépare à nous plonger officiellement dans l’après-Endgame. Et cela commence par des adieux avec l’une des protagonistes les plus mémorables de la saga Avengers. Il était temps que Natasha Romanoff ait le droit à son Origin Story ! Un focus réussi dans la mesure où il parvient non-seulement à étoffer le passé de Natasha mais à établir un affect plus profond avec elle. Ce qui, pour ma part, a eu comme effet de rendre sa mort dans Endgame plus touchante.

Black Widow

Pour faire de cette préquelle un morceau angulaire de Black Widow, la réalisatrice Cate Shortland a choisi l’option Famille. Avec l’introduction de la petite soeur, Yelena, qui pourrait d’ailleurs faire de nouvelles apparitions par la suite. Le choix de Florence Pugh (vue notamment dans Midsommar) m’apparait judicieux tant on s’attache vite à elle. Désir de retrouver un foyer perdu. Humour pince sans rire. Et alchimie imparable avec une Scarlett Johansson toujours aussi magnétique ! Au fil des films, la Veuve Noire n’a eu de cesse d’évoluer et de s’affranchir de certains clichés ayant la dent dure (je pense notamment à Iron Man II). Ça aura pris le temps qu’il faut mais enfin les scénaristes sont-ils disposés à écrire des protagonistes féminins qui soient le plus authentique possible.

Et cela implique de les faire évoluer dans un monde qui reste gouverné par les hommes. Le méchant principal est à ce titre particulièrement répugnant. On croirait avoir affaire au Harvey Weinstein du MCU. Tant dans sa mimiques que sa vision objectifiante des femmes. « Première ressource naturelle au monde ». L’autre nemesis, Taskmaster, est convainquant avec des techniques de combat aussi affutées que redoutables. De même que son écriture qui donne l’impression d’avoir affaire à un deuxième Winter Soldier. J’espère que nous en entendrons à nouveau parler dans le futur ! Car il y a du potentiel narratif.

Quid des chorégraphies ? Lisibles, fluides et esthétiques ! Sans omettre l’impact des coups qui s’avère finement retranscrit. Mention spéciale à la scène dans les airs tout bonnement incroyable ! Niveau spectacle, vous serez servi(e)s ! Marvel a désormais capacité de s’entourer des bonnes personnes eu égard à la haute voltige. Du moins lorsque celle-ci sert le propos du film.

Black Widow

Quant à celles et ceux qui recherchent du Character Building, là-aussi, la toile de Natasha nous happe. Combat quotidien d’une mercenaire hantée par un passé qui finit par la rattraper pour de bon. N’oublions pas le Papa et la Maman incarné(e)s par Alexei Shostakov (David Harbour) et Melina Vostokoff (Rachel Weisz). L’un est un Red Guardian bourru au grand coeur obsédé par sa gloire personnelle. L’autre est une architecte-soldate qui aimerait s’évader de sa cage sans savoir comment. Il aura fallu que leurs deux filles leur rappellent ce qui importe pour que leur vie prenne enfin sens.

Au contact de cette fausse famille qui aurait tant aimé être vraie, les rires côtoient les tristes sourires. Le fait que l’on soit au courant de la destinée de Natasha rend d’ailleurs ces interactions très douces-amères. Et jusqu’à la toute fin, on se surprend à espérer être dans le faux. Du coté des défauts, pas grand chose à dire si ce n’est un déroulé classique en termes d’action (pan pan, grosses explosions, bastons, compte à rebours). Ce qui ne m’a pas dérangé plus que ça vu la qualité de l’enveloppe. M’est avis que seules les personnes peu impliquées dans le MCU pourront être déçues. En ce qui me concerne, ces adieux à Natasha furent brillants et poignants. Gageons que l’héritage de Black Widow se poursuivra à l’avenir. Quitte à débuter par une quête de vengeance.

Black Widow


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑