Ciné Far From Home

Published on juillet 4th, 2019 | by Faël Isthar

0

Far From Home : Une Vie Normale

« Je ne serai jamais à la hauteur de Tony »

Depuis la mort de Tony Stark, Peter Parker tente tant bien que mal de reprendre une vie normale. Après avoir « disparu » durant cinq années suite au snap de Thanos. Et être revenu à la vite suite au snap de son mentor et père de coeur. Pour autant, Peter ne se sent pas l’envergure d’être le « nouvel Iron Man ». Loin de là ! Ce que souhaite l’adolescent de 17 ans, c’est avoir une jeunesse normale et vivre sa meilleure vie en confessant son amour à MJ. À l’issue du dernier voyage scolaire organisé par leur lycée. Au sommet de la Tour Eiffel. « Far from home ». Malheureusement pour Parker, il semblerait qu’un certain Nick Fury en ait décidé autrement. La faute à des Élémentaux ayant décidé de foutre le boxon à travers le monde. Qu’importe —> Le jeune homme a besoin de décompresser avec ses amis en vivant une vie la plus normale possible. Et tant pis s’il lui faut pour cela « ghoster » M. Fury. Qui plus est, le nouveau héros, Mysterio, semble parfaitement en mesure d’affronter ces monstres d’eau et de feu. « Je veux juste pouvoir sortir avec MJ, mince ! ». Si elle veut bien de lui…

Far From Home

Tout comme Homecoming, j’ai été particulièrement charmé par l’ambiance teenage et l’humour léger de cette suite des aventures de l’homme-araignée. Grâce à ce voyage scolaire, on a l’impression de se retrouver en colonie de vacances ! Les intrigues amoureuses. Les couples qui se font et défont. Les petites chambreries. Les rivalités de passage autour de MJ (divinement incarnée par Zendaya). Il était temps d’avoir un Spider-Man adolescent ! Là où les deux premières adaptations avec Tobey Maguire puis Andrew Garfield se voulaient davantage universitaires et plongées dans la vie de jeune adulte. Autrement, Tom Holland m’avait déjà convaincu lors de la première itération mais c’est encore plus le cas ici. On voit que l’acteur britannique a pris ses marques et sa palette d’émotions est d’autant plus saisissante. Encore heureux vu la gravité des évènements qui l’accable. À cet égard, on pourra regretter, comme d’habitude avec le MCU, cette tendance à vouloir insérer xx blagues toutes les cinq minutes. Quitte à décrédibiliser le danger de certaines situations.

Rien de grave, ceci-dit, mais ça m’a fait tiquer à deux ou trois reprises. Quid du méchant ? Difficile d’en dire trop mais disons que l’acteur fait le taf en termes d’interprétation. La complexité et l’ambivalence de Michael Keaton en Vautour n’est pas atteinte mais ça passe. Sachant que l’action a été particulièrement travaillée avec un focus brillant sur les chorégraphies et la haute-voltige qu’implique les capacités de Spidey. La fin, notamment, est très impressionnante avec toutes sortes de mises en scènes délicieuses sur le plan visuel. J’ai également aimé la mise en avant de MJ ainsi que celle du BFF de Peter, Ned. J’aurais aimé qu’il en soit de même pour Maria Hill (Cobie Smulders), l’associée de Nick Fury, mais tant pis. De ce que j’ai cru comprendre, même celles et ceux qui n’ont pas apprécié Homecoming sont ressorti(e)s conquis(es) de Far From Home. Last but not least —> Les deux fins post-crédits sont ex-ce-llentes. Foncez !

7,5/10

*Coup de Coeur*


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ et Ikke !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑