Thor : Love & Thunder

Thunder

Le nouveau chapitre de Thor chez les Gardiens de la Galaxie fut à la fois intense, reposant et… déprimant. Thor n’ayant pas retrouvé cette nouvelle famille à laquelle il aspirait tant. « Je crois qu’il est temps pour moi de rentrer au bercail ». Soit à New Asgard où siègent les rescapé(e)s de la destruction d’Asgard. […] À peine arrivé et ne voilà t-il pas que des ombres sinistres attaquent la cité portuaire ! « Tu te débrouilles ? » lui demande Valkyrie alors que lui et Jarnbjorn tranchent des créatures à la chaine. « Pas trop mal ! Et toi ? ». « Pour sûr ! D’autant plus que j’ai reçu la visite d’une alliée de poids ! ». C’est à cet instant que Mjolnir apparut de nulle part ! Fracassant une pelletée de démons avant de revenir dans les mains de… « Jane ? » peine à y croire le Dieu de la Foudre. « Tu peux m’appeler Mighty Thor ! ». Ainsi commença l’entracte du show Love & Thunder.

Thunder

À l’image de Ragnarok, cette quatrième itération de Thor s’avère à la fois drôle, punchy et visuellement aboutie. Pour peu que l’on soit sensible à l’humour light-trash de Taika Waititi et son esthétique Jojoesque (ces poses !), il y a de fortes chances que vous ressortiez satisfait(e) de cette séance. Pour rester dans le visuel, certains plans sont su-blimes ! Des séquences osées et qui, à l’instar d’un Eternals, permettent de se démarquer du moule MCU.

Entre un classicisme No Way Home et un parti pris Love & Thunder, je prends l’Amour et la Foudre ! Un autre point réussi du film est le retour de Natalie Portman en tant que Mighty Thor. Le fait de la rendre badass et puissante (on en parle de son costume impeccable?) tout en conservant sa fragilité d’humaine est bien pensé. Ça la rend d’autant plus attachante que son statut demeure incertain jusqu’au bout. Alors même que son idylle avec Thor renait de ses cendres.

C’est la protagoniste star de l’oeuvre en termes de character building. À laquelle vient s’ajouter le nouveau nemesis tourmenté qu’est Gorr. Interprété par un Christian Bale effrayant de justesse. Là encore, Taika a fait en sorte de l’affubler d’une direction artistique impeccable. J’étais même convaincu qu’il s’agissait de Hadès, dieu grecque de la mort, avant de réaliser que ce n’est point le cas, ahah.

Niveau écriture, j’aurais aimé plus d’ampleur et de temps accordé à sa tragique descente aux enfers. D’autant plus que la fin y est liée. De fait, il aurait fallu trente bonnes minutes supplémentaires pour que Love & Thunder puisse espérer atteindre le Top 5 du MCU. Certaines séquences sont trop précipitées et empêchent d’entrer en phase avec d’autres personnages tels que Valkyrie et Thor lui-même. 

Heureusement que l’humour est omniprésent (ces chèvres !). À voir si la conclusion et la deuxième scène post-crédits auront un impact sur la direction scénaristique de cette quatrième phase. En attendant, faites-vous un avis par vous-même ! Ce film le mérite.

Thunder

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires