The Promised Neverland Tome 20 : Une Famille Pour La Vie

Famille Pour La Vie

« Si je tue Emma… » réalise Peter Ratri alors qu’il se retrouve pris en tenaille par les enfants. « La promesse qu’elle a conclu sera annulée ! ». Quitte à mourir, autant les entrainer dans sa chute. « J’ai eu tort… » feinte t-il. « Je vous demande pardon ». En réalité, l’objectif est de se rapprocher suffisamment d’Emma afin de l’assassiner. Mais contre toute attente, la jeune fille baisse son arme. « On n’a ni l’intention de vous tuer, ni la volonté de mener des représailles contre le clan Ratri ». « Huh ? ». « Tout ce qu’on vous demande, c’est de reconnaitre pleinement notre liberté ! ». Peter la savait naïve mais à ce point ?  C’est de la pure bêtise ! Et pourtant, plus Emma explique son point de vue, plus les douleurs du passé se ravivent en lui. « On s’affronte, on se méprise… » poursuit-elle. « On se hait les uns les autres juste parce que l’on nait dans camps opposés mais si on réfléchissait en faisant abstraction de nos situations respectives, ne réaliserait-on pas que nous n’avons aucune raison de se vouer la moindre hostilité ? ». Ainsi se poursuivit le plaidoyer d’Emma. À la recherche d’une famille pour la vie.

Je ne m’attendais pas à une fin aussi contrastée ! Surtout après un dernier arc particulièrement rushé, prévisible et, se faisant, décevant. Finalement, à travers ce dernier volume, je réalise que Kaiu Shirai avait au moins préparé sa conclusion comme il faut. Contrairement aux précédents tomes, l’écriture a non-seulement un rythme convenable mais parvient à surprendre en jonglant entre surprises et drames. Là où, auparavant, on se retrouvait face à une multiplication d’happy endings sans compromission avec l’intangible et cruelle réalité, ici, tout le monde n’a pas l’occasion de voir l’autre rive. Ici, le rêve d’une famille pour la vie n’a pas eu lieu comme nous l’avions imaginé.

Mes attentes étaient tellement basses que je n’avais pas anticipé la mort de Isabella. Soudaine et « frustrante » puisqu’elle découle d’un relâchement de vigilance de la part des enfants. Pour autant, Isabelle, malgré les regrets de ne pas accompagner ces filles et fils qu’elle aura malgré tout aimé, sait combien les crimes qu’elle a accompagné ne s’effaceront pas. Tout comme Peter Ratri qui, conscient de l’enfer qu’il a imposé à de nombreuses âmes innocentes, sans compter la trahison de son grand frère, William, a préféré se donner la mort. Tout en donnant les consignes à son clan d’ouvrir les portes. Une nouvelle promesse pour un monde meilleur ? Cela aurait pu être vrai si le monde humain avait été une utopie. Nous en sommes loin mais au moins le pire semble t-il derrière nous.

Famille Pour La Vie
Famille Pour La Vie
Famille Pour La Vie

Après une succession de catastrophes météorologiques, la raréfaction des ressources, la multiplication des famines et épidémies débouchant, in fine, sur une troisième guerre mondiale, la politique du « chaque pays pour soi » s’est muée en la suppression totale des frontières. Parce qu’elle ne pouvait tout simplement plus durer. Le bilan des morts fut catastrophique et, pour survivre, l’humanité n’a pas eu d’autre choix que de s’unir qu’importe la couleur de peau et la croyance. Quant au microcosme d’Emma, son courage a permis l’avènement d’une nouvelle ère. Plus juste et pérenne pour les oublié(e)s d’un pacte sanglant et impie. Au prix de son oubli à elle. Au prix de cette famille pour la vie qu’elle aurait tant voulu côtoyer par la suite.

Réaliser, à travers cette amnésie imposée par ???, être énigmatique vivant dans une autre dimension, que la Emma que nous avons connu n’émergera plus jamais est un choc. En quelque sorte, Emma meurt à la fin de The Promised Neverland. Ou du moins tout ce qu’elle était. Tous ces souvenirs qu’elle avait accumulé depuis sa naissance. Son corps, son âme, en revanche, restent présents. D’où l’entretien d’un espoir, fou mais tenace, qu’Emma parvienne un jour à retrouver sa mémoire. En ce qui nous concerne, nous ne le saurons jamais.

Famille Pour La Vie

Je suis soulagé de lire une fin aussi réussie après la semi-débâcle du troisième quart de l’aventure. Au moins puis-je refermer ce tome avec une sensation d’apaisement et de tristesse. Le malheur d’Emma, son sacrifice, m’a permis de croire en cette oeuvre. Une famille pour la vie ne pouvait s’accompagner de regrets et de larmes dans l’enfer qu’est l’humanité. Humains et monstres compris. Merci, Posuka Demizu, pour vos dessins doux et oniriques. Merci, Kaiu Shirai, pour votre conte invitant à l’introspection permanente. Nous pouvons mieux faire. Nous devons mieux faire. Pour nous et pour les prochaines générations. À la recherche de l’Eden Promis.

Famille Pour La Vie
Famille Pour La Vie

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires