Smile : Le Sourire Des Morts

Smile

Manifestement, cette patiente que la psychiatre Rose Cotter a pris en charge à la dernière minute ne va pas bien du tout. « Ne vous en faites pas… » tente de la rassurer Rose. « Les épisodes de paranoïa aigüe comme celui que vous traversez sont… ». « Je ne suis pas folle !!! » hurle la jeune femme au teint pale et aux cernes profonds. « Cette chose porte des masques d’humains ! Parfois, vous les connaissez, parfois, ce sont de parfaits inconnus ! Parfois, ils sont censés être morts et pourtant, ils me sourient ! ». « Ils vous… sourient ? » tente de comprendre Rose. « Le plus terrifiant des sourires… Et cette chose m’a dit que je mourrai aujourd’hui ! Je ne veux pas mourir aujourd’hui !!! ». Une poignée de secondes après avoir prononcé ces mots, la patiente se suicida à l’aide d’un bris de vase. Tout en souriant et en fixant Rose droit dans les yeux. « Smile 🙂 ».

Smile

La bande-annonce, que j’avais heureusement oublié en grande partie, avait suscité mon intérêt. La séance de ce soir (Halloween Night !) a récompensé ma curiosité. Pourtant, Smile fait partie de ces films d’horreur ayant souvent recours au Jump Scare. Soit une mise en scène volontairement oppressante visant à nous faire sursauter en introduisant un effet de surprise. Généralement, ce genre d’artifice ne fonctionne guère sur moi. Au mieux, je serais effectivement pris par surprise mais sans pour autant avoir peur. Ici, en revanche, la lourdeur de l’atmosphère, la violence crue et le concept d’une entité chasseresse et sadique ayant la main-mise sur votre esprit et votre corps subliment l’effet. Quand bien même il faut souligner l’ingéniosité du timing qui, souvent, m’a prise au dépourvu.

Un grand bravo à Sosie Bacon que j’avais découvert dans Thirteen Reasons Why et qui prouve ici qu’elle peut amplement jouer dans la cour des grands. La souffrance de son personnage et ce mal qui la ronge petit à petit, la contraignant à se confronter à ses traumatisme du passé en vue de survivre, est palpable. De même, et malgré sa courte apparition, la performance de Caitlin Stasey en « première victime » pourrait devenir culte d’ici les semaines qui suivent. En résumé, Smile n’est peut-être pas aussi dérangeant qu’un Hérédité ou aussi poisseux qu’un Ghostland. En revanche, il excelle dans le domaine du divertissement horrifique. Et ça, c’est déjà très bien.

Smile
Publié le
Catégorisé comme Ciné

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires