Ciné Shazam

Published on avril 4th, 2019 | by Faël Isthar

0

Shazam! : Capitaine Doigts-De-Fée

« Hehe ! »

Baladé de famille d’accueil en famille d’accueil, Billy Batson semble ne jamais trouver sa place. Et pour cause, le jeune homme de 14 ans est persuadé que sa mère biologique l’a perdu. « Si c’était le cas… » tente de lui faire comprendre la responsable de placement. « Tu ne crois pas qu’elle aurait essayé de te trouver depuis tout ce temps ? ». Qu’importe, Billy est persuadé qu’il y a une bonne raison. « Je ne renoncerai pas tant que je ne l’aurai pas retrouvé ! ». En attendant, le voilà placé dans une énième famille. « Nous-aussi, on était dans des foyers autrefois » lui confie Victor Vasquez. « Mais petit à petit, on a fini par se trouver une place… » ajoute Rosa Vasquez. « Par nous-même et parce que nous en ressentions l’envie. Ce sera ton cas à toi-aussi, j’en suis certaine ! ». […] « Je le sens… » affirme le sorcier. « Tu as le coeur suffisamment pur pour être le prochain Champion ! Et puis, on a plus trop le choix de toute façon ». « Pardon ? ». « SILENCE ! Prends ce gourdin et prononce le mot Shazam ! ». « Comment ça prendre votre gourd… ». « EXÉCUTION !!! ». « SH… SHAZAM !!! ».

Shazam

Etttt Shazam (ou plutôt Shazam!) rejoint les rangs serrés des films D.C. réussis ! Ceci-dit, je n’ai pas été conquis par cette première itération live du super-héros foudroyant (assez lambda en soi). Par contre, je peux affirmer avoir été diverti ! Pour peu que vous n’en attendiez pas grand chose. Autrement, il va de soi que vous serez déçu. C’est un peu comme Captain Marvel mais en pire si je me fie aux différentes critiques —> À force d’avoir axé la communication sur des critiques dithyrambiques, on s’attendait à une copie très efficace. Que ce soit en termes d’humour, de réalisation ou d’écriture. Malheureusement, seul l’humour parvient à se frayer un chemin. La réalisation, malgré un finale sympathique, manque cruellement d’inspiration. Non-seulement la mise en scène est mièvre mais le character design des différents méchants s’avère bateau. Quant au script, si je peux pardonner les différentes facilités scénaristiques, je serais en revanche beaucoup plus critique sur le character building du nemesis —> Dr Thaddeus Sivana.

Shazam

Encore un vilain qui souhaite acquérir le pouvoir absolu et tout détruire sur son passage. Un semblant d’esquisse à travers sa difficile enfance lui donne un peu de profondeur mais ce n’est pas suffisant. Ce qui sauve Shazam, ce sont des personnages attachants (la famille Vasquez), un rythme maitrisé et un humour qui touche grâce au coté enfant dans un corps d’adulte (sans oublier la dimension parodique). Qui plus est, malgré une direction artistique à l’ouest, les effets spéciaux sont réussis. Au moins la Warner Bros a t-elle tenté d’avoir son « Deadpool pour enfants ». Je suis le premier à descendre les films D.C. lorsqu’ils ne me plaisent pas mais je trouve que les fans sont trop durs ces derniers temps ! Avec Aquaman et Wonder Woman, la Warner a montré qu’elle pouvait proposer un univers solide pour peu qu’elle choisisse les bons réalisateurs et leur fasse confiance jusqu’au bout. Allez, donnez-lui sa chance !

Shazam

7/10


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ et Ikke !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑