Mangas Ne Pas Craquer

Published on avril 12th, 2021 | by Faël Isthar

0

Haikyū!! Tome 40 : Ne Pas Craquer

Ne Pas Craquer

Et c’est à nouveau l’égalisation pour Karasuno ! Grâce à un superbe tir de Shoyo Hinata qui s’est littéralement envolé de sa position d’arrière-droit ! Ce second round est décidément très serré ! « Hey ! » hèle le vice-capitaine, Koshi Sugawara. « Ne laissez pas les seconde récolter tous les lauriers ! ». Une remarque qui semble particulièrement s’adresser à Asahi Asumane qui, depuis le premier set, ne cesse d’être la cible de Kamomedai. « Ne pas craquer ! » se répète encore et encore le Ace de Karasuno. « Surtout lorsque mes kohai font des merveilles ! ». Hinata, bien sûr, mais aussi Kageyama qui n’hésite plus à stationner au niveau de la ligne d’attaque plutôt que le filet. Ainsi est-il capable de réceptionner toutes sortes de balles en vue de distribuer aussi bien des courtes que des passes millimétrées. « Respire un bon coup… » s’ordonne Asumane. « Et fais en sorte de marquer !!! ».

Un volume qui met en avant Asahi Asumane ne peut être qu’un bon volume, ahaha. J’aime beaucoup l’évolution « en douceur » du géant de Karasuno. Celui qui a toujours eu des doutes sur sa capacité à marquer s’est petit à petit imposer sur le court en prenant des risques et en n’ayant de cesse de se confronter à la ligne de l’adversaire. Ici, contre Kamomedai, Asumane-san a pris plus de temps que d’habitude compte tenu du bloc particulièrement efficace et réactif qui lui faisait face. « Parmi mon équipe, la seule personne en qui je n’ai jamais eu confiance, c’est moi ». Seulement voilà, à un tel niveau, non, à n’importe quel niveau de la compétition, personne ne peut se permettre de se dévaloriser ainsi. Ne pas craquer EST la condition sine qua non.

Ne Pas Craquer
Ne Pas Craquer
Ne Pas Craquer

« Je n’ai pas le temps de me battre contre moi-même. C’est normal de se sentir coupable et d’avoir peur mais désormais, je vais assumer et faire de ma personne un allié sur qui je peux compter ». L’une des raisons pour lesquelles j’apprécie autant Haikyū est cette pédagogie sportive que Haruichi Furudate distille ci et là. Étant-moi même versé dans la musculation, calisthénie (niveau débutant ahaha) et pratique du jogging, m’imprégner de l’état d’esprit des différents protagonistes m’aide parfois à adopter la bonne attitude. Ici, par exemple, Asumane parvient à ne pas craquer en réalisant qu’il se doit d’avoir confiance en lui-même. Qu’importe sa couardise de base. Qu’importe son manque de confiance au naturel. Quand on se dévoue à un sport, il faut délivrer ! Pas seulement faire de son mieux !

Ne Pas Craquer
Ne Pas Craquer
Ne Pas Craquer

Pourtant, il s’agit in fine de la même chose mais avoir la volonté de se dépasser à tout instant permet généralement une meilleure progression. Plutôt que celle de se « contenter » de faire de son mieux. Évidemment, ce n’est pas une maxime universelle et certains sportifs de haut niveau peuvent exceller tout en ayant à coeur d’aller au maximum de leurs capacités. Enfin ! Entre la montée en puissance d’Asumane, le soutien sans failles de Sugawara, la détente monstrueuse de Hinata et le génie tactique de Tsukishima, ce deuxième set ne pouvait être QUE remporté par les corbeaux. Le final round risque d’être dingue ! Non-seulement Kôrai Hoshiumi fait partie des futurs pointes du Japon mais l’atmosphère de « win » qu’il distille dans son équipe est probante. J’aime le fait que, tout comme Tenma Udai et d’autres, Sachirô Hirugami parvienne à délivrer un jeu de haut niveau parce qu’il sait qu’il abandonnera le volley une fois le lycée terminé. Les rêves. La réalité. Ce que l’on souhaite vraiment… Tout comme Hajime no Ippo, Haikyū est une leçon de vie.

Ne Pas Craquer

Tags:


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑