Vinland Saga Tome 25 : Mes Trois Pères

Trois Pères
Trois Pères

« Papiiii ! » hurle un garçon. « Réveille-toi ! Une flotte arrive ! ». « Je suis réveillé » finit par répondre Leif Ericson. « Menteur ! ». Il faut dire que le baroudeur des mers a vieilli d’un coup depuis qu’il s’est ancré sur terre. « Tu vois la flotte, là-bas ? » poursuit le petiot. « C’est pas celle dont tu me parlais ? ». Et, effectivement, c’est bien celle dont lui parlait Papy Leif ! Alors qu’il avait encore toute sa tête et que sa terre natale du Groenland ne s’était pas enraciné dans ses souvenirs. « Leif ! » s’exclame Thorfinn avec le petit Karli sur son épaule. « Ça fait tellement longtemps ! ». « Content de te revoir ! » répond Leif. « Tu veux bien rassembler les volontaires pour la première expédition ? ». « Reste aussi longtemps que tu voudras ! ». « Non, non ! On peut pas rester ! Tu veux bien stocker une partie des marchandises ? ». « Reste aussi longtemps que tu voudras ! ». « On ne peut pas rest Qu’est-ce qui t’arrives, Leif ? ». « Depuis qu’il ne navigue plus… » répond le petit fils à sa place. « Il a pris un sacré coup de vieux !  Faut lui répéter plusieurs fois la même chose ! ». « Il était tellement plein d’énergie l’été dernier… ». Sur ce, il est temps d’avoir une petite discussion avant de repartir. « Peut-être la dernière avec le dernier de mes trois pères ».

Trois Pères
Trois Pères
Trois Pères
Trois Pères

À cette époque du XIe siècle, on vieillissait trois fois plus vite et la durée de vie était minime. Pas étonnant qu’un vieux briscard tel que Leif ne soit plus que l’ombre de lui-même. D’autant plus qu’il n’exerce plus sa passion du coeur. Il n’empêche que de le voir reprendre ses esprits l’espace de quelques minutes fait plaisir à voir. On n’y pense pas assez mais Leif fut indubitablement l’un des trois pères de Thorfinn. Il y a d’abord eu Thors, modèle de vie et figure de l’innocence. Puis Askelaad, père malgré lui et source de haine et d’obsession jusqu’à ce que Thorfinn ne réalise trop tard qu’il l’aimait. Puis, enfin, le père de l’accomplissement qu’est Leif Ericson. Celui à travers lequel Thorfinn puise son rêve de bâtir un monde sans violence.

Vinland Saga est un manga peu commun ! Et qui a dû en désarçonner plus d’un après la mort d’Askelaad vu le changement de rythme opéré. C’est simple, depuis lors, Makoto Yukimura a parcouru le même chemin que son personnage principal. D’abord une vacuité liée à la peine puis, petit à petit, une reconstruction vers un modèle de vie plus sain. Résultat des courses —> Nous voilà avec bien moins d’action qu’auparavant ! Les principales thématiques sont d’ordre philosophiques et le spectacle s’arcboute vers un sentiment de découverte et d’accomplissement assez gratifiant pour peu que l’on rentre dans le jeu.

Bien sûr, il y a quelques séquences d’action mais celles-ci ne sont plus aussi épiques, régulières et dramatiques que lors de la première partie. C’est un gros changement de rythme et d’atmosphère auquel il faut se faire. Pour ma part, c’est le cas. Voir Thorfinn devenir un homme si accompli et assumer l’héritage de ses trois pères procure un sentiment de fierté et de nostalgie assez dingue. Et ce n’est pas la première incursion à même le Vinland, cette naissance du village d’Arneis sur l’actuelle île-du-Prince-Edouard en Amérique du Nord, qui va me faire dire le contraire.

J’appréhende un peu la rencontre entre Thorfinn et les Amérindiens ! D’autant plus qu’ils ont une conception de la nature différente. Les uns détruisent les forêts en vue de créer des champs, des prairies et des lieux d’élevage. Les autres vivent à même la végétation en recevant ses bienfaits et en ne se contentant pas de davantage. Ma source d’inquiétude reste la même que pour le précédent tome —> Certains colons tels que Ivar ont soif de guerre et pourraient très bien l’imposer à Thorfinn en tuant des natifs. À voir comment tout cela se déroulera mais au moins les trois pères de notre héros l’ont-ils amené à prendre toutes les précautions stratégiques et militaires possible.  « Il fait toujours la guerre dans son coeur… » explique très justement Hild. « Une guerre sans ennemis ».

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires