Amour

Published on mars 15th, 2017 | by Faël Isthar

0

Sakitan : « Maintenant que j’ai mes Love Dolls, pourquoi me mettre en couple ? »

S’il est heureux comme ça… Il faut dire que je suis tellement habitué à écrire sur ce genre d’individu (qui plus est au Japon) que je n’arrive plus à être choqué ! Ici, en l’occurence, Sakitan est un photographe amateur dont les principaux sujets sont des Love Dolls. Ou Sex Dolls, ne soyons pas dupes u_u « Aujourd’hui, en 2017, on a atteint un tel niveau de réalisme qu’elles paraissent humaines ! […] Je peux leur faire prendre toutes sortes de positions et  il arrive parfois qu’on les confonde avec de vraies femmes ! Voilà pourquoi je suis passionné par ces créatures ! Parce que je sais que tôt ou tard, j’arriverai à leur donner vie ». Et c’est lorsqu’on s’attarde sur son travail qu’on réalise que Sakitan photographie ses Love Dolls comme s’il s’agissait de vraies femmes.

En train de manger un gâteau à la framboise, en train de lire un magazine, en train de poser de façon coquine… La frontière avec la réalité est parfois difficile à discerner. Et c’est la raison N°1 derrière le succès grandissant des Love Dolls au Japon. Sans compter le fait que les hommes et femmes ont toujours autant de mal à communiquer ! Alors imaginez la difficulté de se séduire et se mettre en couple… L’avantage, avec une Love Doll, c’est qu’elle ne parle pas ! D’où la possibilité de laisser libre court au fantasme de la « petite copine idéale ». Dans le cas de Sakitan, celui-ci s’est composé un « petit harem » et affirme être parvenu à combiner sa passion de la photographie avec le besoin d’aimer et être aimé. « Ça peut paraitre étrange mais grâce à elles, j’ai retrouvé une stabilité affective et émotionnelle ». Sans compter la stabilité sexuelle. Hm, étrange. Pour autant, et si Sakitan est vraiment épanoui ainsi, qui sommes-nous pour le juger ?

Tags: , ,


About the Author

Directeur de YZGeneration



Back to Top ↑

13 Partages