Geek

Published on octobre 17th, 2012 | by Faël Isthar

0

Review : Prince of Tennis Tome 38 – Embodiment of talents

Après un match totalement wtf entre Shintenhôji et Kawamura où ce dernier se faisait éjecter dans les tribunes tellement les coups de raquette de son adversaire étaient puissants, voilà que l’auteur Takeshi Konomi récidive en surpassant les frontières de l’absurde.

Ça fait un petit moment que les matchs de Prince of Tennis ont totalement dépassés ce qu’il était humainement possible de faire. Mais là on atteint des sommets avec le match Tezuka VS Chitose qui arrivent à atteindre respectivement le Hyakurenjitoku no kiwami et l’étincelle de l’esprit. Deux états surhumains.

Un peu comme les portes de Rock Lee…sauf que ça ne se passe pas dans un monde ninjas dotés de super-pouvoir mais bel et bien dans la vraie vie. Or, si l’auteur avait posé les bases dés le départ et souligné que le manga se passait dans une sorte de monde parallèle où les êtres humains étaient dotés de capacités au delà de la normale, nous n’aurions peut-être pas été aussi critiques.

Et c’est bien là le problème ! Prince of Tennis était censé être au départ un manga était plutôt réaliste et parvenait d’ailleurs brillamment à rendre ses matchs de tennis vibrants et crédibles ! Mais un peu comme Eyeshield 21, le manga semble avoir été victime de son succès et, pour justifier sa rallonge, fait appel à l’attrait facile du power-up.

On se retrouve donc avec un Chitose qui arrive à anticiper tout les coups et prédire en combien de revers il gagnera une mance et un Tezuka qui peut surbooster la puissance et rotation de ses coups grâce à son état second. Si seulement on s’en était arrêtés là… Mais non, on aura encore le droit à un power-up because fuck logic. Et que dire du prochain match entre les deux prodiges Echizen et Kintaro… L’un est spider-man et l’autre un prestidigitateur qui parvient à multiplier les balles ou à les faire disparaitre.

ET POURTANT, le faible lecteur que nous sommes ne peut s’empêcher d’être happé par un certain type lié au charisme de certains personnages (Tezuka) et de la puissance dégagée par l’équipe finale Rikkai. Un contenu guignolesque en somme, mais suffisamment rythmé et attrayant pour qu’on ait envie d’en voir la fin (4 tomes). Las !

Note YZ : 6,5/10

Tags:


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ et Ikke !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑