Review : Jurassic World – « Je veux voir les gens rêver »

Gray ne peut plus tenir en place depuis qu’il a appris que lui et son grand frère Zach allaient faire un séjour au parc d’attractions le plus célèbre au monde : Jurassic World. Or, aujourd’hui est le Jour J. Gray est excité comme une puce, Zach un peu moins. Les dinosaures, tout ça, il s’en moque un peu à vrai dire. Par contre, il se demande s’il pourra enfin passer du temps avec sa tante Claire (Bryce Dallas Howard) qu’il n’a plus vu depuis 7 ans maintenant. Et pour cause, celle-ci est la vie-présidente de InGen et, par extension, de Jurassic World. Programme du jour —> présenter aux investisseur la nouvelle sensation du parc : l’Indominus Rex.

Jurassic-World-2

Dire que j’attendais ce film est un euphémisme. Plus qu’une attente, Jurassic World a viré à l’obsession puis, je dois l’avouer, à une grosse période de doute suite aux différents trailers distillés tout au long de la promo. Au final, l’inquiétude était-elle justifiée ? Fort heureusement…non. Jurassic World est bel et bien à la hauteur de nos attentes. Du moins de la plupart. Pour le moment, pourquoi ne pas nous attarder sur le parc lui-même ?

Jurassic-World-11

C’est l’un des grands défis relevés avec brio par Jurassic World : donner ENVIE aux spectateurs de réserver un billet aller-retour au Costa Rica histoire de visiter ce parc fantastique peuplé de dinosaures vivants. À partir du moment où Zach et Gray embarquent sur la navette, le fantasme d’être à leurs cotés ne fait que monter en flèche. Qu’il s’agisse du monorail offrant une vue d’ensemble sur le parc, des balades aquatiques bordées par moult herbivores, des bébés tricératops qu’on a juste envie de voler histoire d’en avoir un à la maison ou des mini-randonnées en gyrosphère au beau milieu des Apatosaure, Stégosaures et Parasaurolophus. Sans compter la séance « Dégustation de chèvre » par le T-Rex ou le spectacle aquatique du Mosasaurus.

Mosasaurus-1

T-Rex-1

Sur ce point, Jurassic World parvient à réaliser ce que Jurassic Park n’avait jamais eu l’occasion d’entreprendre : soit la concrétisation du rêve de John Hammon de voir des enfants (petits et grands) s’émerveiller et écarquiller les yeux devant des créatures disparues il y a plusieurs millions d’années. Et c’est d’ailleurs le principal atout du film : ce coté Grand Spectacle. Lequel ne fait que se confirmer dès lors que l’Indominus Rex, créature hybride et hautement intelligente, parvient à s’échapper de son enclos.

Indominus-Rex-2

À partir de cet instant, on en prend littéralement plein la vue. Entre les séquences de course-poursuite haletantes, la chasse entre l’Indominus et les soldats puis, évidemment, la débandade totale des visiteurs face à l’évasion spectaculaire des dinosaures, notre podomètre de sensations fortes est au max du max (-‸ლ) Et encore, je n’ai pas évoqué les raptors : fascinants, effrayants…et touchants à la fois de par leur relation très particulière (oserais-je dire humaine) qu’ils ont tissé avec Owen Grady (Chris Pratt).

Raptors-1

SPOILERS

L’un des gros points forts du film d’ailleurs : être parvenu à nous convaincre qu’il est possible de bâtir un lien de confiance entre l’homme et le dinosaure. Notamment sur le dernier quart qui, mamamia, atteint une jouissance totalement hors-contrôle lorsque vient le moment pour l’Indominus d’affronter la mascotte incontestable de Jurassic Park –> le Tyrannosaurus Rex. Un combat totalement épique, doublé par une musique magistrale, et qui conclut à coups de feux d’artifices ce quatrième opus. Malheureusement, et parce qu’il fallait bien les aborder un jour, Jurassic World n’est pas sans défauts. Loin de là.

Raptors-3

/SPOILERS

Là où le bas blesse véritablement, c’est qu’on ne retrouve à aucun moment, je dis bien à aucun moment, les frissons de Jurassic Park premier du nom. Voire de « Lost World » qui avait pour lui quelques séquences bien angoissantes. Ici, nope, toute l’emphase s’est concentrée sur le coté Grand Spectacle/Blockbuster et on ne frissonne jamais. De quoi être assez dégouté si on y prend trop gare. Deuxième gros défaut : la perfectibilité des effets spéciaux sur certaines scènes. Beaucoup moins pardonnable pour un gros film tel que Jurassic World. Heureusement, ils ne sont pas si nombreux que ça…mais quand même <_<

Chris-Pratt-3

Qu’en conclure ? Tout simplement que JW respecte la plupart de ses promesses en nous faisant à nouveau rêver sur ce fantasme humain qu’est la possibilité d’être face à des dinosaures en chair et en os. Ça+ le plaisir totalement sadique de voir des humains se faire étriper par quelques carnivores échappés ci et là ㄟ( ▔∀▔ )ㄏ Ajoutez à ça une belle tranche d’humour, un casting tout sauf ridicule (même Omar et son French Accent xD) et, enfin, une réalisation sensationnelle as f*ck. À voir et revoir sans modération tout en gardant bien en tête qu’on n’y retrouvera jamais les frissons d’autan.

Note YZ : 7,5/10 *Coup de Coeur*

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires