One Piece Tome 98 : Les Neuf Fourreaux

Fourreaux
Fourreaux

Onigashima, entrée arrière : « Je vous attendais ! » se satisfait Kanjuro. « Moi, mieux que quiconque, sait combien vous êtes tenaces ! ». « C’est étrange… » note Izo qui, averti par Marco, a tenu à faire son retour parmi les Neuf Fourreaux. « Tes chevaliers sans tête sont bien dessinés contrairement à d’habitude ». « Tu ne trouves pas qu’ils vous ressemblent ?! » répond le traitre. « Enfin ! Tu n’aurais jamais dû revenir sur ta terre natale, Izo ! ». « Libère immédiatement le seigneur Momonosuké ! » lui ordonne Raizo. « Ho, à ce propos ! J’ai dû lui donner une correction à même de lui faire perdre connaissance pour m’avoir tailladé la main en tentant de s’enfuir ». « Tais-toi, Kanjuro… » lui intime Kiku à bout de nerfs. « Tu n’es pas sans savoir que les blessures infligées par mon sabre accompagnent celui qui les porte jusque dans l’au-delà ».  « Gya ha ha ha !Telle la neige printanière !!! ». Que la guerre commence.

Un excellent volume qui, d’emblée, entre dans le vif de cette bataille colossale entre l’armée des bêtes de Kaido, l’infanterie d’Orochi et l’alliance Samouraï X Minks X Pirates ! Pour l’heure, Oda se débrouille comme un maitre d’orchestre en distillant habilement joutes secondaires et fulgurances épiques. Je pense en premier lieu à cette percée incroyable des Neuf Fourreaux contre un Kaido qui ne s’attendait pas à ce que son ancienne blessure le relance autant ! Lui, le Dragon aux écailles d’acier, s’est de nouveau mis à saigner à l’endroit où Kozuki Oden lui avait, 20 ans auparavant, infligé la Crois du Paradis ! Mieux encore, les disciples de son vieil ennemi sont parvenus à le transpercer car affublé du même « courant ».

Fourreaux
Fourreaux

Autrement-dit la même empreinte de haki qu’Oden ! Il y a de quoi être fier des Neuf Fourreaux ! La double planche où ces derniers s’élancent d’un bloc vers Kaido transformé en Dragon est incroyable ! D’autant plus que Nekomamushi et Inuarashi en ont profité pour s’affubler de leur forme Sulong ! Forcément, avec de tels instants de prestige, difficile de s’attarder sur les morts potentielles de Kanjuro et Orochi tant celles-ci prennent peu de place. Sans omettre leur nature détestable. Il n’empêche que voir Kaido décapiter Orochi à peine quelques instants après son discours de conquête à l’encontre de Wano fait son petit effet.

Fourreaux

Ceci-dit, quelque chose me dit que nous n’en avons pas fini avec l’usurpateur qui, pour rappel, dispose du Fruit de l’Hydre. Or, un Hydre est capable de repousser trois têtes chaque fois qu’on lui en coupe une… Mis à part cela, je pourrais évoquer la réunification de la Mugiwara Team devant les yeux effarés de King et Queen. Ou la menace constante qu’incarne Big Mom (au point d’être sans cesse tournée en dérision par Oda car l’angle humoristique est la seule chose qui permet d’épargner nos héros). Sans omettre le désistement de X Drake en faveur de l’alliance ainsi que la volonté de Yamato, fils de Kaido, à protéger Momonosuke.

Fourreaux

Mais voilà, la symbolique et la prestance des Neuf Fourreaux est telle qu’il m’est impossible de ne pas parler essentiellement d’eux. Leur sens de l’abnégation et du sacrifice. Leur détermination à mourir en emportant avec eux l’ennemi n°1 de Wano. Réaliser que Kaido semble au final peu éprouvée par leurs coups est un crève-le-coeur sans nom. Mais la joute est loin d’être finie ! Et les Fourreaux ont à leurs cotés des pirates d’exception prêts à en découdre. Vite, la suite !

Fourreaux

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires