Asie

Published on août 23rd, 2015 | by Faël Isthar

0

Népal : « J’ai eu mes règles et on m’a déclaré impure »

Nepal-Impure-Regles-3

La scène se passe dans un petit village à l’extrême ouest du Népal. Sabrita Bogati, 30 ans, est en train d’aménager sa « hutte menstruelle » . Il fait froid, parfois les serpents se faufilent dans les interstices mais qu’importe, elle devra rester 5 jours ainsi. Et ça recommencera le mois prochain, puis celui d’après, et ainsi de suite… « Chaque fois que j’ai mes règles, je dois m’exiler en dehors du village car on me considère comme impure ».

Nepal-Impure-Regles-1-Bis-Bis

« Je ne suis pas autorisée à prier, on me donne à manger (ndlr du pain) à distance, je ne peux toucher personne à part mes enfants, je ne peux pas prendre une douche, aller aux toilettes ou me cuisiner quelque chose […] On nous traite un peu comme des pariah lors de ces moments » déclare Sabrita sourire fatigué aux lèvres. Il faut dire qu’elle a l’habitude maintenant. Et pourtant, tous les ans, des jeunes filles meurent parfois de froid du fait de cet exil forcée. D’autres décèdent des suites de morsures de serpents. Enfin, certaines se font violer à même la hutte.

Nepal-Impure-Regles-8

Voilà ce que représente la tradition Chhaupadi » (Chhau signifiant Intouchable et Padi signifiant Être). Toutes les filles qui ont leurs règles ne doivent en aucun cas avoir de contacts avec le village et ses villageois durant la durée de menstruation. En 2006, la Cour Suprême du Népal a déclaré illégales de telles pratiques mais celles-ci persistent à être appliquées dans les régions reculées telles que Marku, le village de Sabrita.

Nepal-Impure-Regles-6

Quant à la hutte menstruelle, si petite qu’on ne peut se lever sans toucher le toit de sa tête, toutes les femmes n’en bénéficient pas. Ce qui signifie que, parfois, deux à 5 d’entre elles viennent à partager le même espace. « Il ne faut pas qu’elles aient honte de ce processus ! C’est grâce à ces menstruations qu’une femme est capable de donner la vie ! C’est un don de Dieu qu’il ne convient pas de discriminer ainsi ! » s’insurge Pema Lhakir, représentante de l’ONG « NFCC International » qui vise à l’égalité des droits pour les femmes dans tout le Népal.

Nepal-Impure-Regles-5

« Mais les choses ne changeront pas tant que les femmes seront effrayées d’assumer leur condition de femme et que les hommes continueront à les dénigrer ainsi » ajoute t-elle. À noter que certains maris construisent des « chambres menstruelles » en dessous du foyer familial afin que leur femme n’aient pas à dormir dans une hutte. Pour autant, ils ne les laissent pas résider à l’intérieur de la maison tant que leurs règles ne sont pas terminées. « On le fait pour Dieu. Ce n’est pas bon de les laisser à l’intérieur quand elles saignent. C’est dangereux ».

Nepal-Impure-Regles-4-Bis

Et la tradition Chhaupadi n’est qu’un problème parmi d’autres. La majorité des filles établies dans les régions montagneuses de l’ouest népalais étant forcées de quitter l’école à six ans seulement. Pour « Aider la famille ». Quand est-ce que les choses finiront enfin par changer ? Quand est-ce que les femmes auront-elles le droit à l’éducation nécessaire qui leur permettra de mieux comprendre leur corps et comprendre que de telles traditions n’ont plus lieu d’être ? Nous sommes en 2015 et pourtant, à certains endroits du monde, c’est comme si on retournait 1000 ans en arrière. Il est temps de casser les tabous. Une bonne fois pour toutes.

Nepal-Impure-Regles-9

Nepal-Impure-Regles-7

Tags: ,


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑