Gintama Tome 76 : Retour au Bercail

Bercail

Alors que O-tae et consorts s’échinent à tenter de mettre la main sur ce bon à rien de Gin, l’intéressé a pu s’échapper in-extremis. Se refusant à affronter le regard de celles et ceux qu’il a abandonné dans l’espoir de sauver son maitre. Malgré ses actes commis dans la peau de Utsuro. Parce qu’une partie de lui demeure Shoyo Yoshida. « Kyubei, Ayame, Tsukuyo… » soupire t-il. « Mais qu’est-ce que je fous, p*tain ? ». Il faut dire que toutes ces femmes ont le béguin pour lui. Alors qu’il ne les a jamais considéré comme telles jusqu’à récemment. Et que dire de ce pauvre Shinpachi tenant tant bien que mal L’Agence à Tout Faire à bout de bras ? D’ailleurs, en parlant de l’agneau, ne le voilà t-il pas à quelques mètres de Gintoki. « Heureusement, il ne m’a pas vu » souffle Gintoki. « Et c’est pour le mieux, n’est-ce pas ? Je ne peux pas me permettre de retourner au bercail après tout ça… Je ne les mérite pas ».

Après tant de volumes, Sakata n’a toujours pas compris que Shinpachi et Kagura n’attendaient qu’une chose —> Son retour au bercail ! Qu’importe qu’il ait fait preuve d’égoïsme et de lâcheté en refusant de leur dire la vérité sur son départ précipité. Lui et les deux débiles forment une famille de coeur aux liens indestructibles. Ce qu’il comprendra une bonne fois pour toutes une fois que leurs retrouvailles auront lieu ! En attendant, célébrons la réunion du trio de choc ! Dont tout particulièrement ce frère de combat n’ayant eu de cesse de porter les rêves et le désespoir du pays à bout de bras.

Bercail

Vu que ce crétin fini de Katsura est mon personnage favori, autant vous dire que ça me fait plaisir de le voir être mis en avant. Là où Takasugi et Gintoki lui avaient parasité pas mal de temps d’exposition lors du derniers gros arc. Gageons que ce tome et le prochain finiront d’asseoir son génie absolu ! Parvenir à se faire élire en tant que premier ministre avant de faire passer des réformes impopulaires (mais nécessaires à la reconstruction de la nation) et orchestrer son attentat pour renaitre en rebelle invétéré du Mouvement Joi… Tiens, ça me fait penser à un autre demeuré qui, lui-aussi, a su opérer une mue aussi gracieuse qu’inattendue (non).

Isao Kondo, le gorille ! Enfin a t-il rejoint sa véritable famille ! Et autant vous dire que ce passage est l’un des plus drôles qu’il m’ait été donné de lire de tout le manga. Ce qui relève d’un sacré exploit vu le caractère burlesque de Gintama. Parvenir à faire avancer une trame sérieuse et dramatique en se permettant des gags gros comme le *** de Hijikata. Voilà tout le génie de sire Hideaki Sorachi ! J’ai cru comprendre que le manga se poursuivrait après la « fin » sous un format mensuel ? Un retour au bercail qui ne se traduirait donc pas en adieux définitifs… Cela étant dit, je pense, pour ma part, que mon aventure avec les clowns du Kabukicho se terminera à partir du prochain tome. Pour une raison de place, essentiellement. Sacré Sorachi.

Bercail
Publié le
Catégorisé comme Mangas Étiqueté Gintama

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires