Ginny & Georgia S02 : Nous Contre Le Monde

Ginny
Ginny

Depuis que Ginny a appris la vérité sur ce qu’a fait Georgia pour les protéger ,elle et Austin, tout est chaotique. Au point que l’adolescente a préféré fuir avec son petit frère chez le paternel, Zion. « Je sais désormais pourquoi elle n’a eu de cesse de fuir durant toutes ces années… » réalise t-elle. « Mais comment s’y est-elle prise pour ne pas craquer ? Comment fait-elle pour feindre l’indifférence après avoir tué quelqu’un ? ». […] « Ils te manquent ? » demande le futur mari de Georgia et maire de Wellsburry, Paul Randolph. « Pas du tout ! » prétend Georgia. « Ça me convient ! Tout est paisible, on n’espionne pas mes moindres faits et gestes… Parfait ! ». Mais Paul connait suffisamment Georgia pour réaliser que ce ne sont que des mots sans poids. […] « On s’était dit Nous contre le Monde » se rappelle Georgia alors qu’elle erre dans la chambre de sa fille. « Alors pourquoi n’es-tu pas à mes cotés ? ».

J’avais déjà beaucoup aimé la saison 1, cette S02 parvient à la surpasser sur tous les points. Notamment en explorant davantage les brisures et traumatismes qui affectent à la fois les sphères de l’adolescence et du monde adulte. L’une comme l’autre, à leur manière, peuvent s’avérer impitoyables. Le passé de Georgia et sa façon d’y survivre, quitte à repousser toute aide extérieure par peur de perdre ses trésors d’une vie, est explorée de manière  forte et touchante. Avec une Brianne Howey qui ne cesse de nous en mettre plein la figure tant sa prestation est brut de coffre.

De part en part, on la sens investie d’une énergie folle. Qu’il s’agisse de nous faire rire, de nous inquiéter ou de nous émouvoir. Ginny et ses démons intérieurs ont également résonné en moi. Outre le choc de la découverte que sa mère a tué, il faut se rappeler qu’elle est en pleine adolescence. Soit une période où l’on se retrouve souvent à fleur de peau et où l’on réagit parfois avec cette énergie du désespoir que les adultes ne comprennent pas.

Ginny

Moi-même, ayant quitté ce stade de l’existence depuis un moment maintenant, j’ai eu du mal à comprendre la dépression de certains. D’autant plus lorsqu’ils ont « tout » pour eux. À savoir une famille aimante et une situation financière confortable. Pourtant, il y a ce mal-être qui peine à s’expliquer et qui donne des idées noires. C’est assez terrifiant quand on y pense. La complexité de l’être humain.

Enfin, malgré une noirceur accrue par rapport à la S01, je dois admettre avoir ri à de nombreuses reprises. Georgia, oui, j’insiste là-dessus est tout bonnement incroyable. Elle aurait pu porter la série à elle-seule si le reste du casting avait raté le coche. Mais ce n’est pas le cas ! Ginny et ses comparses qui se cherchent encore et encore. Austin et sa bienveillance adorable. Parents et célibataires endurcis qui combattent le drame de la vie au jour le jour.  Et cette litanie d’erreurs… Par ailleurs, comment diable les scénaristes sont-ils parvenus à nous faire apprécier les trois ships de Georgia (Zion, Joe… et Paul ?!). Ça en devient criminel à ce stade. Vivement la S03…

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires