Geek

Published on novembre 22nd, 2012 | by Faël Isthar

0

Review : Ultimo Tome 8 – Vessel of Evil

Musashi Murayama VS Fusatarô Fussa : un énième combat de Karakuridôji s’entame entre les représentants du bien et du mal. Modification des règles cependant : le but est de faire basculer ses ennemis vers son propre camp au lieu de les tuer tout simplement.

Règle qui, on s’en doute bien, n’est pas vraiment appliquée au pied de la lettre par le chef du clan du mal, Vice, qui s’invite à la partie et s’apprête à donner le coup final à Musashi lorsque Ultimo et Yamato Agari débarquent in-extremis !

Et c’est reparti pour un tour entre un combat Vice-Ultimo tandis qu’en parallèle René s’invite chez Kiyose Matsumoto et son Karakuridôji Pardone avec un invité qu’on attendait pas forcément : Jun Chichibu, celui là-même qui s’était fait embroché par Vice et dont René pense qu’il pourrait être le vassal parfait. Problème : Jun est si maléfique qu’il en devient incontrôlable…et cause rapidement l’irréversible.

Que dire de ce tome si ce n’est qu’on a encore et toujours l’impression d’être paumé face à tout ces personnages, leurs voyages dans le temps, les versions passé/futur des héros et les manigances de Dan. C’est simple : on retombe ici dans les plus sombres travers de Shaman King (du même auteur) et de ses travers scénaristiques. Lesquels ont la fâcheuse tendance d’arriver au fur et à mesure que l’histoire avance.

C’est peut-être aussi le fait de ne pas relire les précédents tomes qui te fait dire ça. Parce que moi j’ai pas réellement ressenti cette confusion et je trouve que le fil principal de l’intrigue est clair. Pour moi le problème c’est que l’auteur a introduit trop de personnages secondaires sans avoir le temps de bien les développer. Ca + le design bien trop chargé des Karakuridôji (sérieusement c’est quoi ce terme) et notamment celui de Vice en version libéré qui est simplement raté.

C’est bien le problème d’Hiroyuki Takei : on a l’impression qu’il veut toujours faire compliqué là où il faut au contraire simplifier et épurer. (n’est pas Togashi qui veut). Après nul doute que la lecture de l’œuvre dans son intégralité passera mieux : en attendant, ce n’est pas le cas. Finissons ceci-dit sur une bonne note : le personnage de Jun Chichibu est plutôt réussi et redonne du peps à l’intrigue !

Note Yzgen : 6/10

Tags: , , , , , , , , ,


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑