Review : Serena – « Je suis née dans la forêt, je mourrai dans la forêt »

Fin de l’année 1929 : le premier krach boursier de l’histoire moderne US condamne de nombreuses entreprises à fermer leurs portes (faute de garanties bancaires). Mais pas George Pemperton (Bradley Cooper). Non, pas lui. Déterminé à faire fortune dans le bois, George est prêt à tout pour s’assurer le financement de ses projets. Quitte à distribuer de petits pots-de-vin. C’est dans cet état d’esprit qu’il tombe alors sur Serena (Jennifer Lawrence) : folle amoureuse, comme lui, de la forêt. C’est la naissance d’un couple à la fois passionné et prêt à tout pour être heureux. Ensemble.

J’avais une légère appréhension en entrant dans la salle et, effectivement, mon instinct ne m’a pas trompé. « Serena » n’est malheureusement pas à la hauteur du binôme Lawrence/Cooper. À savoir qu’il y a un gros problème de rythme qui fait qu’on finit par s’appuyer sur l’accoudoir et somnoler un bon coup tant la narration peine à être fluide. Surtout : l’histoire n’est pas emballante malgré cette relation fusionnelle entre Serena et George qui n’hésitent pas à prendre des décisions drastiques pour sauver leur couple.

Mais rien à faire, on ne s’attache pas aux personnages, la bande son ne transporte pas, et les raccourcis narratifs sont trop flagrants pour être simplement ignorés. Sans compter une belle fin « meh » qui en aura déconcerté plus d’un. Dommage car, pour une fois, la partie « drama » est plus que présente et la mise en scène n’hésite pas à être violente quand il le faut. Sans compter une belle photographie et Jennifer Lawrence sublimissime as usual. Seulement voilà : quand la sauce ne prend pas, elle ne prend pas.

Note YZ : 5/10

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires