Mangas

Published on mai 7th, 2017 | by Faël Isthar

0

Billy Bat Tome 20 : « Ne renonçons jamais »

Monica Maura, le grand amour de Kevin Goodman. Quand ils étaient jeunes, celle qui était une serveuse à temps partiel (histoire de payer ses études de droit) avait depuis longtemps remarqué Kevin. L’air rêveur, toujours assis à la même table. Gribouillant des dessins sur le dos des sets qu’elle s’empressait de collectionner précieusement. Et c’est alors qu’elle lui indiqua qu’il était (encore) en retard à un CM que Kevin fit pour la première fois la rencontre de Monica. Nous sommes désormais en décembre 2017 à Los Angeles. Monica Maura est devenue une avocat réputée à travers l’ensemble des États-Unis. Pourtant, l’adversaire auquel elle s’attaque aujourd’hui la fait passer pour une David contre un Goliath. Reste à trouver le pied d’argile de Chuck Culkin Enterprises. Puis à retrouver Kevin

Whoa ! Je crois que c’est la première fois que Naoki Urasawa réussit à délivrer une bonne fin ! Pourtant, c’était loin d’être gagné tant Billy Bat embrasse l’histoire et enchaîne les personnages/connexions scénaristiques avec nos propres références historiques ! On pouvait légitimement craindre que tout cela ne se termine en queue de poisson. Comme cela fut le cas pour Monster et (surtout) 20th Century Boys… Il faudra d’ailleurs que je les relise un de ces quatre ! Histoire de voir si leur conclusion me procure la même déception ahah. Il faut dire que ces deux seinen ont marqué mon adolescence comme jamais ! Monster m’a montré à quel point une histoire pouvait être riche et haletante. 20th Century Boys a participé à mon acharnement de ne jamais abandonner mes rêves. Quelle que soient les circonstances ^^ Mais retournons un peu du côté de Monica Maura !

Je trouve ça dommage que Naoki n’ait introduit une romance entre Kevin et Monica Maura qu’à partir du dernier tome ! Le character building du héros et de sa belle aurait largement gagné à être peaufiné plusieurs tomes avant ! Enfin, tant pis ! Cela n’entache pas le remarquable travail d’écriture réalisé par Urasawa et son co-scénariste Takashi Nagasaki ! Au final, il semblerait que ce dernier soit parvenu à canaliser les errances scénaristiques de l’auteur lorsque celui-ci parvient aux 3/4 de l’aventure ^^ Ici, tout est fluide et la conclusion, ayant lieu des années après notre époque (soit l’an 2032 puis l’an 2063), fait sens. Une fin particulièrement pessimiste et malheureusement réaliste. Dépeignant un monde apocalyptique rendu fou par la pénurie des ressources premières, la guerre de l’eau, les vagues migratoires entrainant l’effondrement économique de l’Europe, le repli sur soi-même des États-Unis, le conflit ouvert Japon/Chine… Autant dire que ce n’est pas joyeux du tout.

Au final, on réalise que les destins entrecroisés de Kevin Yamagata, Kevin Goodman et les autres « élus » n’étaient que des battements d’ailes de papillon. Des battements d’ailes qui, un jour, seraient destinés à renverser la vapeur. En offrant une leur d’espoir à l’humanité. En lui permettant de s’extirper enfin de sa sinistre folie. Timmy Sanada a t-il eu raison de délaisser le dessin pour se consacrer au développement des Billy Land dans le monde entier ? Qui sait. Après tout, ces parcs constituent de véritables oasis de divertissement au milieu du chaos. Pourtant, on ne peut s’empêcher de penser que Timmy a troqué son âme et son dessin pour le diable. Quant à Kevin Yamagata, celui-ci aura dessiné jusqu’au bout de sa vie (100 ans). Et son successeur, Kevin Goldman, en aura fait de même (100 ans). Épaulé par Monica Maura dans un bled paumé. En espérant que le nouveau gamin soit enfin en mesure de sauver le monde. Ce fut une belle et poignante aventure. Il faudra que je relise les 20 tomes un de ces quatre ^^

Note YZ : 7,5/10 *Coup au Coeur*

Tags:


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ et Ikke !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑