L’Arnaqueur De Tinder : La Belle Et Le Monstre

« Tout a commencé comme dans un conte de fée… » raconte Cecilie. « Un garçon rencontré sur Tinder ! Ni trop beau, ni trop moche mais très riche et avenant ». Un prince aux mille et une attentions. « J’ai toujours rêvé d’être cette princesse des Disney de mon enfance… » poursuit-elle. « Tomber sur l’homme parfait capable d’exaucer mes voeux les plus fous ». Et c’est ce qui se passa avec « Simon Leviev ». Un premier rendez-vous dans un hôtel cinq étoiles suivi d’un voyage en jet privé en Bulgarie. Cecilie tombe dans le panneau. Il faut dire que jusqu’à présent, Simon lui a littéralement montré qu’il pouvait se permettre un tel train de vie. « Le fils du Roi des Diamants qui m’envoie une Rolls Royce pour le rejoindre ? Bien sûr que j’y ai cru ! ». Puis tout a changé lorsque Simon a envoyé une photo de lui et de son garde du corps ensanglanté. « Mes ennemis ont tenté de me tuer ! Ils tracent mes dépenses ! Je vais avoir besoin de ta carte bancaire mais, promis, chérie, je te rembourse très vite ».

Un documentaire bien amer que L’Arnaqueur de Tinder ! Non-seulement le récit de ces trois femmes (Cecilie, Pernilla & Ayleen) prises pour cible par un homme dépourvu de sens moral et d’empathie est effrayant. Mais la conclusion se révèle déprimante et tristement réaliste. Manifestement, escroquer quelqu’un et l’endetter de plusieurs dizaines de milliers d’euros n’est pas condamnable. En témoigne le peu de temps passé prison par l’arnaqueur une fois attrapé. Et encore, il s’agissait de crimes de fraude et d’usurpation d’identité commis à Israël. Soit l’endroit où il vit désormais librement alors que les multiples femmes qu’il a escroqué continuent de rembourser leur dettes.

N’omettons pas une partie des réactions des réseaux sociaux qui, suite à la révélation de l’affaire, n’ont pas hésité une seconde à porter le blâme sur les victimes plutôt que sur le coupable. Les traitant d’idiotes matérialistes méritant amplement ce qui leur arrivait. « Un fléau qui vous dévore vivant » décrit Cecilie à la lecture de ces messages. Et un énième témoignage du manque d’humanité apporté avec l’essor d’Internet. Maigre lot de consolation —> Apprendre que Ayleen est parvenue à piéger le piégeur avant de prévenir Interpol et le faire arrêter en Grèce. Mais à quelle fin ? Le seul sentiment que l’on a à la fin de ce documentaire est la certitude d’une justice imparfaite en matière d’escroquerie et de tromperie.

On pourrait espérer qu’il n’y ait pas d’autres victimes maintenant que le pot aux roses est dévoilé mais quand on constate que le train de vie de l’arnaqueur semble inchangé… Le finance-t-il toujours en escroquant des femmes bercées aux sons d’anciens mythes ? Allez savoir. Je doute, ceci-dit, qu’il puisse voyager librement comme auparavant vu les mandats d’arrêt émis contre lui dans plusieurs pays européens. En attendant, Tinder et Instagram lui laissent à nouveau l’opportunité de transformer des rêves en cauchemar. Avec 100.000 followers acquis depuis la diffusion du documentaire (le compte semble ceci-dit avoir été supprimé depuis mais un autre a émergé). Oh, dear.

Publié le
Catégorisé comme Docus

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires