Ciné

Published on octobre 3rd, 2013 | by Faël Isthar

1

Review : Insidious Chapitre 2 – It will take what you love most

1986 : quelque chose ne va pas chez le jeune Josh Lambert. Et pour cause, un esprit particulièrement violent semble avoir l’ambition de posséder son corps. La raison étant que Josh dispose de la capacité à aller dans l’autre monde à travers ses rêves : il est donc possible, pour un mauvais esprit, d’effectuer un transfuge. Voilà pourquoi, à cette époque, Josh subit un lavage de cerveaux afin de tout oublier et ne plus être capable de voyager dans l’autre dimension.

La suite, on la connait. Plus de 20 ans plus tard, le fils de Josh, Dalton, se fait posséder à son tour et ses parents, grâce à l’aide de la médium Élise Rainer, parviennent à le ramener à la réalité. Problème : pour cela, Josh a dû réapprendre à voyager dans la nouvelle dimension et, en parvenant à sauver son fils, s’est fait posséder à son tour. Le deuxième chapitre peut commencer.

Alors que la plupart des suites de films d’horreur s’avèrent fades et sans surprises, le deuxième chapitre de Inisidious surprend en réussissant l’exploit de faire mieux que son prédécesseur. Merci l’intrigue : solide, construite autour de personnages constants, et qui s’avère en continuité avec l’aventure précédente. Quant aux fantômes, je peux vous assurer que ceux-ci sont bien plus effrayants que l’espèce de Darth Maul du premier épisode qui était plus ridicule qu’autre chose. Et que dire du Josh possédé…brr !

Mais ce n’est pas tout : James Wan se complait à user avec vigueur de toutes les ficelles du film d’horreur pour surprendre le spectateur : l’armoire qui s’ouvre, le piano qui joue de la musique tout seul, le parquet qui grince, les poupées sans vie (?)…classique mais efficace. Plus que ça encore, l’ambiance du film instille une telle pression et comporte tellement de passages glauques et malsains qu’on a du mal à rester assis tranquillement dans son siège sans être un minimum nerveux. Sans compter la bande-son, discrète mais efficace, et cet opening/ending qui fait grincer des dents.

Note YZ : 7/10

Tags: ,


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑