Ciné

Published on mars 15th, 2014 | by Faël Isthar

0

Review : How I Live Now – À l’aune d’une Troisième Guerre Mondiale

Depuis que les attentats ont commencé, Daisy (Saoirse Ronan) a pris l’habitude de s’enfermer dans un cocon duquel personne ne puisse l’atteindre. C’est pourquoi, lorsqu’elle arrive chez ses cousins prendre des « vacances », Daisy fait en sorte de ne pas trop s’impliquer dans le groupe. D’autant plus qu’Eddie, qui a environ son âge, réveille en elle toutes sortes de sentiments contradictoire et, surtout, contraire aux règles qu’elle s’est établie.

Et bien, je ne m’attendais certainement pas à un film aussi sombre en allant voir le nouveau film de Kevin Macdonald. Quoique, vu son précédent (Le Dernier Roi d’Écosse), j’aurais dû un poil m’en douter. L’histoire, inspirée du roman éponyme, prend donc place dans une Angleterre qui s’apprête à connaitre la Troisième Guerre Mondiale.

Et autant vous dire que le traitement de celle-ci est d’une brutalité telle qu’on ne peut s’empêcher d’imaginer ce qu’on ferait si un tel conflit prenait place dans notre monde d’aujourd’hui. Pourtant, la narration parvient à introduire une faible parcelle d’espoir qui, si elle pourra en laisser sceptique certains, n’en demeure pas moins nécessaire pour une oeuvre cinématographique.

Reste l’enrobage : réalisation à la fois empruntée et poétique, bande sonore qui vous happe, casting très brillant (Saoirse Ronan est fantastique), et rythme , tout crescendo, nous faisant passer de vacances idylliques à l’enfer d’un troisième conflit mondial. Enlevez à l’être humain ses règles, il ne restera de lui que chaos et cruauté. Très beau film et, à n’en pas douter, mon coup de coeur de la semaine.

Note YZ : 7,5/10 *Coup de Coeur*

Tags: , ,


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑