Ciné

Published on février 6th, 2014 | by Faël Isthar

0

Review : American Bluff – Sympa mais loin d’un Happiness Therapy

Irving Rosenfeld (Christian Bale) est un escroc parmi les escrocs : arnaquant jamais trop peu, jamais pas assez. Résultat : lui et sa chère et tendre, Sydney Prosser (Amy Adams) ne se sont jamais fait prendre. Enfin, jusqu’à ce que l’agent du FBI Richie DiMaso (Bradley Cooper) ne les débusque et les oblige à prendre part à une mission périlleuse : à savoir mettre sous les verrous le puissant maire de la ville : Carmine Polito (Jeremy Renner). Tout en faisant gaffe que l’ex femme d’Irving, Rosalyn (Jennifer Lawrence) ne vienne pas tout gâcher.

Réalisation soignée et casting performant (avec une Jennifer Lawrence étincelante comme à son habitude), American Bluff (aka American Hustle) n’en demeure pas moins un film au rythme singulièrement emprunté. Pour ne pas dire lent as fuck. Qui plus est, la narration manque d’entrain et de ce genre de passages qui nous scotchent à l’écran. Au contraire, aucune scène ne décolle…comme le film.

Après, l’enveloppe reste là. Et clairement, l’histoire se laisse suivre avec plaisir. D’autant plus que la bande sonore est particulièrement réussie, même si elle aurait gagné à être mieux placée, et que le cast d’acteurs vaut son pesant de cacahuètes. Dommage qu’aucun personnage ne parviennent vraiment à sortir du lot. Car les faits sont là : il n’y a pas cette patate que David O. Russel était parvenu à susciter sur Happiness Therapy et Fighter. Dommage.

Note YZ : 6/10


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑