Mouvement anti-gay : Vers la fin du Printemps français ?

À force d’en appeler au sang et au soulèvement du peuple, les représentants du mouvement anti-gay ont fortement contribué à sa radicalisation et son appropriation par des groupes d’extrême droite/homophobes. Résultat : Frigide Barjot elle-même hésite à manifester ce dimanche du fait de menaces proférées à son encontre. Elle aurait en effet reçu un mouchoir de sang accompagné de lettres la commandant de se taire.

Ce qui lui est reproché ? Militer pour un contrat d’union civil qui légitimerait le mariage gay sans pour autant autoriser l’adoption. Une position inacceptable pour nombre de manifestants anti-mariage gay. Peu à peu, la leader de la Manif pour tous semble donc prendre conscience  du monstre qu’elle a crée.

« Je ne suis plus vraiment à la tête du mouvement, cela ne vous aura pas échappé » admet ainsi Barjot. « C’est moi qui cristallise les tensions[…]Aujourd’hui, je n’ai pas de garantie de ne pas être empêchée de parler, donc je ne veux pas semer le trouble ». Accompagnée depuis les menaces par deux gardes du corps, celle-ci a tenu à remercier Manuel Valls de cette initiative.

Ce dernier a d’ailleurs une préoccupation très claire : interdire cette mouvance dite du « Printemps français » et qui cristalliserait les pire relents d’homophobie en en faisant notamment appel à la violence contre le gouvernement en place. Même l’UMP commence à reculer sur le sujet : d’abord Nathalie Kosciusko-Morizet, qui brigue la mairie de Paris, et maintenant Alain Juppé qui ont tout deux appelé à ne pas manifester ce dimanche.

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires