Mary et la Fleur de la Sorcière : Fille de Feu et Cri-de-Nuit

Cri-de-Nuit

« Il est temps de rêver ! »

Alors que l’été s’installe, Mary Smith fait connaissance avec le village du Manoir Rouge. Soit le village de sa grand-tante dans lequel elle vient tout juste d’emménager ! Or, ne tenant pas en place, Mary ne cesse de faire les 400 coups ! « Tant mieux ! » dit la vieille dame. « C’est le fait qu’elle soit aussi énergique que j’apprécie tant chez elle ». Mais un jour, tout bascula ! Lorsque la fillette décida de suivre un couple de chats et tomba sur une fleur extrêmement rare —> Le Cri-de-Nuit ! Dès lors, le Manoir Rouge fut envahi par un brouillard dense et l’un des félins disparut. C’est en se lançant à sa recherche que Mary comprit que la réponse ne résidait pas en ces lieux mais au-delà. Dans un Château Flottant régie par les lois de la magie —> Endor ! « Bien, bien ! Souhaitons la bienvenue à notre nouvelle élève ! » annonce la directrice des lieux. « Prestigieuse, surdouée, fantastique élève à la crinière de feu !! ».

Cri-de-Nuit

Très beau voyage que propose Mary et la Fleur de la Sorcière (le fameux Cri-de-Nuit) ! Mêlant explosions des couleurs et imagination débridée, la première oeuvre du Studio Ponoc, composé d’anciens du Studio Ghibli, montre qu’elle n’a rien à envier à son modèle. Du moins sur le plan esthétique ! Pur régal des yeux qui transportera aux cieux les addicts du genre. Par contre, il y a un petit travail à faire en termes d’écriture ! L’histoire, au final, demeure banale et prévisible. Qui plus est, Mary est une fille très attachante mais le tout manque d’un substrat d’âme ! La mise en contexte. Les dialogues. L’humour. Le bestiaire. La musique. Tout est rodé mais la compétition avec Ghibli persiste. Surtout lorsque la volonté de Ponoc est de succéder au maitre en la matière ! Sur ce plan, il n’y a pas photo —> « Bien mais peut mieux faire » !

Cri-de-Nuit

Le Voyage de Chihiro ! Le Château Ambulant ! Princesse Mononoke ! Ponyo ! La force de ces films réside dans une forme sublime et un fond tangible. Qui vous enveloppe le coeur et fait en sorte de ne plus jamais le lâcher. Mary et la Fleur de la Sorcière n’a pas cette dimension. On passe un bon moment puis on se dit « Ça aurait pu être plus que ça ». Surtout que la musique est superbe ! Avec une chanson principale qui marque les esprits. Tout ce qu’il fallait pour entrer dans le panthéon, c’était une pointe de risque. Une pointe de folie non pas dans la création artistique mais dans l’intrigue pure et dure. Il aurait fallu transcender la plume ! Qu’importe que l’histoire soit inspirée du roman « The Little Broomstick » de la romancière britannique Mary Stewart. Sur ce, j’attends au tournant leur deuxième oeuvre ! Tout en affirmant m’être délecté de cette balade convenue mais agréable au possible. Gloire à Mary ! Gloire au Cri-de-Nuit !

Cri-de-Nuit

7/10

*Coup de Coeur*

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

Voir tous les articles de Faël Isthar.
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires