Ciné

Published on février 1st, 2019 | by Faël Isthar

0

Green Book : Les Chaussettes De L’Archiduchesse

« Ou archi-sèches ? »

1962 : En pleine Amérique ségrégationniste, Dr. Don Shirley, pianiste noir de génie, décide de faire une tournée de concerts dans les Etats sudistes. Autrement-dit —> Les états plus racistes. Pourquoi prendre un tel risque ? Parce qu’il faut bien que quelqu’un le prenne. Or, Shirley est apprécié par l’élite blanche qui, bien que loin de le considérer comme leur égal, concède sa valeur de divertissement haut-de-gamme. « On m’a dit que vous étiez le meilleur… » dit Don à Tony Lip, videur italo-américain ayant vécu une bonne partie de sa vie dans Le Bronx. « Hm ! » se contente de répondre l’intéressé ». « Je vais avoir besoin que vous soyez mon chauffeur personnel ainsi que mon homme à tout faire ». Autrement-dit, un garde du corps. À ce moment, Tony était encore rempli de préjugés et de méfiance à l’égard des noirs. Mais il avait besoin d’argent. « Voici le Green Book » lui indique Don. « C’est à travers ce guide que nous ferons notre tournée. Histoire d’être hébergé dans des endroits où je ne risquerai pas ma vie pour le simple motif d’être noir ». « Bien, on est parti ? ».

Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un binôme d’acteurs aussi complémentaire ! Non-seulement Mahershala Ali et Viggo Mortensen méritent leurs nominations en tant que Meilleur Acteur Dans Un Second Rôle et Meilleur Acteur Principal mais ils méritent de gagner tout court. Mahershala Ali campe à merveille un Don Shirley distingué et éloquent résolu à braver la haine. Viggo Mortensen s’illustre brillamment dans un Tony Lip bourru au grand coeur. Voir ces deux personnalités si opposées se compléter petit à petit réchauffe le coeur. Tout en faisant prendre conscience du caractère récent revêtu par le racisme institutionnel américain. Figurez-vous —> Il aura fallu attendre le 2 juillet 1964 avant que le Civil Rights Act ne mette officiellement fin à la ségrégation raciale sur l’ensemble du territoire américain. Voilà pourquoi, entre autre, les tensions persistent aujourd’hui. Entre afroaméricains d’un coté et population blanche de l’autre. Notez que l’intrigue de Green Book est tirée d’une histoire vraie.

À travers la parole, l’ouverture d’esprit et la musique, Dr. Don Shirley et Tony Lip apprennent à se connaitre et à s’apprécier pour finir par devenir amis. Et d’ailleurs, en parlant de musique, les différents concerts données, mélange de jazz et de classique, sont un délice auditif. Les mélomanes devraient apprécier cette balade virtuose tant elle touche les coeurs et réveille les âmes. Ce n’est pas pour rien qu’on dit que la musique est la forme d’amour la plus universelle au monde. Ajoutez à cela un humour s’entrecroisant habilement avec des passages éprouvants, vous obtenez un long-métrage à voir sans détour. La réalisation est, certes, classique, mais nous n’en demandions pas davantage. Tant Green Book repose avant tout sur la musique et l’alchimie fantastique entre ces deux hommes que tout oppose. La bienveillance de Don a aider Tony à écrire de (bien) meilleures lettres d’amour à sa femme. La gentillesse de Tony a aider Don à changer les esprits (dont le sien). Quelle agréable et émouvante virée que ce Greenbook.

7,5/10

*Coup de Coeur*


About the Author

Faël Isthar Fondateur de YZGeneration, YummyZ et Ikke !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑