Suisse

Published on février 10th, 2014 | by Faël Isthar

0

Arrêt de l’immigration massive chez les Suisses : Qu’en penser ?

Avec un taux de chômage s’élevant à 3,5%, difficile de comprendre pourquoi les Suisses ne veulent plus (beaucoup) d’immigrés chez eux.D’autant plus que la plupart des immigrés sont d’origine européenne : ce qui exclut les problèmes liés à la différence de culture comme on pourrait l’avoir en France avec les immigrés provenant du Maghreb, d’Afrique ou encore des pays de l’Est.

Premier problème auquel on peut alors penser : les frontaliers. Autrement dit : toutes ces personnes qui traversent la frontière de leur pays pour aller travailler en Suisse, puis repartent chez eux dépenser leur argent. Chose qui, on le comprend, est susceptible d’agacer nos amis Suisses. Mais les troubles vont plus loin : ainsi, dans certaines régions telles que le Chablais, les cambriolages ont fortement augmenté ces dernières années.

Cela en corrélation avec l’arrivée d’une immigration de masse. Or, chez les Suisses, il est invraisemblable qu’un habitant puisse avoir la moindre inquiétudes quant à sa propre sécurité. Nous, à Paris, on est habitué depuis un bail, mais, en Suisse, ce n’est pas du tout le cas. Voilà pourquoi 50,3% des électeurs ont dit « oui » à l’établissement de quotas d’immigration.

Et c’est une décision qui, dans son ensemble, reste acceptée par la plupart d’entre nous. Voire, dans une certaine mesure, admirée puisqu’il s’agit d’un référendum (décision démocratique par excellence) et que la Suisse montre ainsi qu’elle n’a pas besoin de l’aval de Bruxelles pour faire valoir ces décisions. Libre échange ? Oui, mais dans ses conditions. Un peu comme les Japonais le font. Ou les Canadiens. Une immigration choisie avec un nombre déterminé de places et de postulants. À quand la même chez nous ?

Tags: ,


About the Author

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑