Société

Published on juin 7th, 2013 | by Poyo Toto

0

Hommage à Clément Méric Place Saint-Michel : J’y étais

6 juin 2013, Place Saint-Michel : plusieurs personnalités du monde politique et associatif se sont réunies pour faire part de leur émotion vis-à-vis de la mort du jeune militant d’extrême gauche et antifasciste. À noter qu’un certain nombre de camarades du jeune homme ont crié à la récupération politique. Quoiqu’il en soit, le premier constat que tout le monde tirera est que beaucoup de personnes, sympathisants de gauche ou encore simples citoyens, se sont déplacées pour participer à l’événement. La préfecture dénombre plusieurs milliers de participants : raison pour laquelle tant de fourgons de la gendarmerie étaient sollicités même si la mobilisation s’est opérée dans le calme. Les plus présents et visibles de la manif : les membres d’action antifasciste Paris-Banlieue, mouvement prétendu apolitique, qui ont déployé une banderole sur laquelle était inscrit “Clément à jamais l’un des notres”.

Plusieurs personnalités se sont ensuite succédés au micro, avec tout d’abord Alexis Corbière, membre du Front de gauche, qui organisait la mobilisation. On a aussi remarqué la présence de Jean-Luc Mélenchon qui a préféré ne pas prendre la parole. De là, quasiment toutes les forces de gauche ont pris la parole, que ce soit des partis comme le PCF, EELV, NPA (avec un très bon discours de Besancenot), Gauche unitaire ou encore des associations/syndicats telles que SOS racisme ou Ligue des Droits de l’Homme.Enfin, on aura noté la présence du Front populaire Tunisien ainsi qu’un représentant de Syriza : l’extrême-gauche grecque qui a fait 25% aux dernières législatives du pays.

De tous les discours entendus, une dénonciation massive : celle de la radicalisation de la société française vers l’extrême droite et qui se voit cristalisée par une droite traditionnelle s’appropriant de plus en plus les idées et discours du FN (18% à la dernière élection présidentielle rappelons-le). En cela, toutes les organisations présentes ont dénoncé un discours qui, même s’il n’appelle pas explicitement à la violence, prêche la haine de l’autre (à savoir l’immigré ou son fils né sur le territoire). Tous ont par ailleurs appelé au démantèlement des groupuscules d’extrême-droite avec en 1ère ligne de mire la “Jeunesse Nationaliste Révolutionnaire” dont fait partie l’auteur de l’assassinat de Clément. De même, beaucoup on exigé que Marine Le Pen, présidente du FN, prenne ses responsabilités dans ce tragique événement”qui n’est pas un accident”. À cela s’ajoute une forte critique de la gauche au pouvoir, non pas sur le point de vue idéologique mais dans l’exercice de l’Etat.

On reproche notamment le fait que la police soit impuissante à prévenir ce type de drame en plus du fait que la politique en l’état ne fasse qu’aggraver la droitisation de la société française (cf les manifs anti-mariage gay). Enfin, on pourra constater qu’aucun parti de droite n’était présent : pas même l’UMP. Nathalie Kosciukco-Morizet a bien tenté d’intégrer la manie mais, malheureusement pour elle, s’en est vue délogée par les participants dans le quartier de Saint-Lazare. Il en fut de même pour Anne Hidalgo qui n’a même pas pu approcher le micro place Saint-Michel. On en revient à la peur d’une récupération politique émise par les membres de l’action antifasciste Paris-Banlieue. Mais qu’importe, celle-ci aura quand même eu lieu puisque la manifestation même a été organisé par le Parti de Gauche.

Tags: ,


About the Author



S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Back to Top ↑