Alain Juppé : « Nous n’aurions jamais dû supprimer des milliers de postes dans la police »

À l’époque, déjà, cette baisse manifeste des effectifs policiers avait été sévèrement critiquée par les Français. Nous sommes alors en plein quinquennat de Nicolas Sarkozy (16 mai 2007-15 mai 2012) et celui qui s’est notamment fait élire sur le volet sécuritaire de son programme va peu à peu prendre des mesures incompréhensibles…en supprimant des postes dans l’ensemble des départements de police français. Une décision que regrette aujourd’hui le député LR (Les Républicains) et maire de Bordeaux Alain Juppé.

« Le contexte n’était pas le même » tempère t-il toutefois. Et en effet, personne n’aurait imaginé que des attentats d’une telle ampleur frapperaient la France en janvier dernier avec Charlie puis ce vendredi 13 novembre. Qu’importe, des erreurs ont été faites et il s’agit désormais de ne plus les reproduire. En plus de cet aveu, Alain Juppé a notamment regretté le fait que la France se retrouve aussi seule sur le plan militaire comparé à ses partenaires européens. Et pour cause : contre Daesh, en Syrie, il y a la France, les US et la Russie. Et puis c’est tout (Londres se contentant de participer à des opérations logistiques). « Il faut que l’Europe se réveille. C’est sa sécurité qui est en cause aujourd’hui ».

Alain-Juppe-Attentats-1

Fondateur de YZGeneration, YummyZ, Ikke et Bang !

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
rené
rené
5 années il y a

petite erreur Monsieur Juppé  » à par si elle est voulue  » vous dites
«  » contre Daesh, en Syrie, il y a la France, les US et la Russie «  ». Non Monsieur
— la participation en guerre de la Russie n’a commencée qu’à la demande officielle du président syrien Bachar el-Assad d’« aide militaire », en date du 30 septembre 2015
– les USA ont provoqué  » et la France a suivi  » la guerre en Syrie en 2011
il faut rendre à César ce qui est à César