Ciné Caesar

Published on août 4th, 2017 | by Faël Isthar

2

Suprématie : « Je suis esclave de ma haine »

« Ayez la force de me pardonner »

Depuis la trahison de Koba, la fracture entre les singes et les humains est béante. Si elle n’avait pas eu lieu, Caesar et les siens auraient-ils eu à subir tant d’attaques humaines ? Auraient-ils eu à composer avec une telle violence dans les assauts ? Ô que César s’en veut de ne pas avoir pu arrêter Koba à temps ! Car il est désormais trop tard. Les singes sont devenus les ennemis de l’humanité et, se faisant, la priorité est de protéger son clan. Quitte à verser le sang ennemi. Pour autant, Caesar n’a pas abandonné l’idée d’aboutir à une trêve. Voilà pourquoi il a décidé d’épargner ces quatre humains qui les ont attaqué. « Lorsque tu verras ton chef, dis-lui que nous vous avons épargné et que nous ne souhaitons pas la guerre ». Si seulement il avait su à ce moment… « Je les aurais tué sur le champ. Lui et le traitre ».

Caesar

Le voilà enfin —> Le troisième et ultime opus de La Planète des Singes ! Ou devrait plutôt dire son préquel ! Car à la fin de Suprématie, nous n’en savons pas plus que ça quant aux raisons ayant provoqué la Civilisation Simiesque ! Garnie d’humains convertis en esclaves… À peine apprend t-on que le virus ayant décimé la quasi-totalité de notre espèce a muté. Une mutation des plus sinistres puisqu’elle prive ses victimes de l’usage de la parole. Comme s’ils devenaient des singes à leur tour. Se faisant, une idéologie totalitaire et extrémiste, menée par celui qu’on appelle « Le Colonel », a vu le jour —> Tuer tous les humains devenus muets dans l’espoir dément d’en juguler la contamination. « C’est lorsque j’ai tué mon propre fils que j’ai eu l’illumination. Leur éradication et la vôtre font partie de la guerre sainte. Une nouvelle ère pour l’Homme ». Et c’est à travers cette folie (superbement campée par Woody Harelson) que Caesar va s’enliser dans le sillon de Koba. Le sillon de la haine.

Caesar

Clairement —> Suprématie est le volet le plus sombre de la trilogie. Le deuxième volet était violent mais il y avait encore ce fragment d’espoir lié à l’amitié entre Caesar et Malcom. Or, ici, Caesar s’embourbe dans la souffrance, la haine et la violence. Et lorsqu’il le réalise, il est déjà trop tard. En parallèle de cette haine indomptable, la folie humaine dresse un parallèle tragique avec les Camps de Concentration. À ceci près que les singes ont remplacé les hommes. Réduits aux travaux forcés et dans l’attente d’une mort inexorable. Damn ! Difficile de ressortir de cette séance avec le sourire ! Quand bien même malgré toutes ces horreurs, l’amour, l’innocence et l’espoir restent au rendez-vous. Verdict ? À mes yeux, nous avons ici affaire au meilleur volet de la trilogie. La substance est là. Et je me prends de nouveau à espérer une prochaine nomination aux Oscars pour Andy Serkis ! Ce serait la moindre des choses eu égard à sa performance en Motion Capture du grand Caesar… Wait & see ^^

Caesar

Note YZ : 8/10 *Coup de Coeur*

Tags:


About the Author

Directeur de YZGeneration



Back to Top ↑

14 Partages