Ciné Dunkerque

Published on juillet 20th, 2017 | by Faël Isthar

0

Dunkerque : « Ils sont en train de nous tuer petit à petit »

« Alors que la patrie est si proche »

Dunkerque, mai 1940 : Les soldats alliés Belges, Français et Britanniques sont encerclés par l’armée nazie. Leur nombre —> 400.000. Et l’évacuation se fait au compte-goutte. D’où des décisions difficiles à prendre pour le commandement anglais et leur Opération Dynamo. Officiellement, il s’agit de rapatrier en Angleterre un maximum de soldats. Qu’importe qu’ils soient Anglais, Belges ou Français. Officieusement, les unités British sont privilégiées. Et encore, tout dépend de leur spécialisation ! D’où la tentation de fausser les dés que vont avoir ces deux soldats anglais. Quitte à utiliser les patriotes blessés à leur avantage. Du coté de la mer, un père et son fils, tous les deux civils, se préparent à partir secourir leurs soldats. Quant à la voie des airs, le peu de pilotes mobilisés réalisent rapidement que quoiqu’ils fassent, il y aura des morts. « Dans ce cas, faisons en sorte qu’il y en ait le moins possible ».

J’ai toujours eu un rapport complexe avec les films de Nolan ! Esthétiquement, je les trouve sublimes. La photographie, les panoramas, les plans, la mise en scène… Tout concourt à nous offrir ce spectacle sidéral qu’il serait quasiment criminel de ne pas voir au grand écran ! Bien sûr, Dunkerque ne fait pas exception à la règle. Là où le bas blesse, c’est au niveau des émotions ! Et au niveau du rythme et de l’écriture. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai détesté The Dark Knight Returns ! L’histoire souffre de trop de lacunes et de facilités scénaristiques à mon goût u_u Ici, je dirais qu’il s’agit d’un problème de Character Building. À savoir que l’on a du mal à s’attacher aux différents personnages. Qu’ils meurent ou non, l’impact affectif est absent et c’est un problème ! Interstellar souffrait également de cette tare mais l’intrigue était tellement folle qu’on passait outre. Pas cette fois u_u

Quid du rythme ? Disons qu’il est…étrange ! Christopher Nolan a pris le parti de mettre en scène l’évacuation des Plages de Dunkerque sur trois plans différents —> Air, Mer et Terre. Ce à quoi vient s’ajouter un élément temporel qui, tantôt, part en arrière, tantôt, part en avant ! Ça m’a personnellement plus déstabilisé qu’autre chose xD Surtout vers la fin ! De même, j’avoue avoir ressenti une certaine torpeur sur les vingt dernières minutes. En cause —> Une absence de scènes marquantes. J’imagine que l’absence de sang et le label Tout Public n’a pas aidé… Si il s’était agi d’un autre réalisateur, je ne me serai probablement pas encombré d’une review ! Mais ici, c’est Nolan ! Et sa maitrise visuelle, sans oublier cette bande son magistrale et en osmose avec les évènements du film, font que j’ai apprécié Dunkerque malgré tout. Hâte de voir son prochain film ^^

Note YZ : 7/10

Tags:


About the Author

Directeur de YZGeneration



Back to Top ↑

14 Partages